A VACQUEYRAS, JE DIS BLANC!

Des fois on croit connaître alors qu’on ne connait pas.
Comme lorsque je donnais mes paquets de bonbons et accessoirement mon cœur à Kevin. Le traitre les offrait alors à la blonde Sandra dès mes couettes tournées. Le bac à sable est un monde cruel.
J’ai longtemps pleuré les bonbons.

Comme lorsqu’on parlait Vacqueyras et que je pensais rouge.
Mais ce cru des Côtes du Rhône vous en fera voir de trois couleurs!

Hier avec quelques confrères dont l’auguste Sieur Butschy au si doux sourire, l’inénarrable Leon Mazzella confesseur de vignerons, et la pétillante Sarah Canonge, tous amateurs de sympathiques verres, nous nous sommes attelés avec grande attention à une sérieuse dégustation (on rigole pas tous les jours chez Bacchus!). Alors afin de vous donner envie de quitter l’autoroute des vacances et emmener belle-maman et joli-papa au pied des Dentelles de Montmirail, voici une petite revue (non exhaustive) de blancs sur l’appellation :

Dans le désordre pour que personne ne se fâche, vous pouvez essayer le sympathique Montirius, domaine en biodynamie à la jolie colonne acide, aux notes d’abricots et d’angélique alliant finesse et minéralité. Sans parler du Sang des Cailloux avec un très beau fruit et des notes d’herbes sèches avec du gras et une belle rondeur apporté par un bois bien maîtrisé.

La minute « Je me la joue un peu » de Quilles de Filles est offerte cette semaine par Le Clos des Cazeaux avec sa cuvée fraîche et bien équilibrée, Les Clefs d’Or qui provient d’un lit de Safres. KEZACO? Un terroir sablonneux de l’ère tertiaire plus ou moins compacte avec des cailloutis fins qui permettent aux racines de la vigne de plonger loin, profondément dans le sol afin de puiser l’eau et apporte une ration hydrique régulée à la plante. Dans ce sable, les tout petits cailloutis vont nourrir les baies de leur minéralité pour des vins fins. Au résultat, un vin bien équilibré entre fruits jaunes et notes végétales pour un apéro réussi.

De jolies surprises encore avec le Domaine Le Couroulu qui au delà du nom déjà étonnant nous a fournit un joli vin aux surprenantes notes de cacao poudré pour une finale fruité sur la pêche blanche. Surprise encore avec le Domaine de La Fourmone et sa cuvée la Fleurantine, véritable bouquet de fleurs fraîches au nez comme en bouche.
Restait un coup de cœur avec le vignoble Alain Ignace pour ce blanc aux arômes subtils de poires et d’épices douces. Fin et frais à la fois et qui laisse en bouche le souvenir de ces si jolies notes. Un beau moment.

Et parce qu’on ne pouvait les oublier, une mention pour les rouges ouvert entre grandes  conversations et gentils sourires du domaine du Bois de Saint Jean, friand comme un dessert, à ceux de la Ferme des Arnaud et au Domaine Montvac où toute la passion transparaît dans le verre.

 

 

Ce contenu a été publié dans decouverte appellation, dégustation, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à A VACQUEYRAS, JE DIS BLANC!

  1. Balthasar dit :

    On avait brièvement discuté au bar à vin du Festival Avignon autour de Géraldine, et je me sentais extaordinairement flatté quand vous me disiez que je ressemble aux vins que j’aime, à savoir ceux de Marcel Richaud et Elodie Balme ! Le hasard veut que le Léon Mazzella que vous citez avait il y a quelques années, sur son blog, comparé mon premier livre à un Grenache blanc « bio » du Languedoc, ce qui m’avait amusé aussi et confirme mon affinité avec les vins du Sud!

    Et nous voilà donc arrivé à notre sujet, les Vacqueyras blancs ! Je ne connais pas les domaines que vous citez, mais, mes grands souvenirs sont:

    — Le blanc du Domaine de la Mordorée: un vin très gras, mais tout en finesse, presque liqoureux, avec de fortes arômes d’abricot et de noisettes, quelque chose qui fait presque penser à un Mersault. C’est un vin extrêmement original, atypique il est très difficile à obtenir (production confidentielle), et je n’en ai pas bu depuis des années… Leurs rouges sont une référence aussi.

    — Le blanc du Domaine de la Tourade. Du gras et du fruit aussi (mais plutôt ananas), mais en même temps une magnifique fraicheur. C’est un vin d’un équilibre, d’une structure extraordinaire, comme si toute la gamme des goûts et arômes y étaient représenté dans une structure forte mais harmonieuse, un vin « complet » en quelque sorte, parfaite synthèse de toute la palette si riche des cépages blancs du Rhône. Un excellent rapport qualité prix. Leur rouge — même l’entrée de gamme — a les mêmes caractéristiques, à savoir un équilibre exemplaire entre fruits, tannins, rondeur, charpente, des vins à la fois profonds et très plaisants. Ma caviste n’en a plus… je me tâte d’aller à Gigondas où se trouve le domaine!

    A bientôt pour d’autres dégustations!

    Amicalement

    Balthasar

    • Balthasar dit :

      Pardon, à Vacqueyras, c’est bien évidemment le Domaine de la Monardière, et non la Mordorée, qui elle se trouve à Lirac, et produit la toute aussi extraordinaire cuvée « Reine des Bois », en appelations Lirac comme Chateauneuf. Je confonds toujours les deux noms, au point que d’habitude je ne me souviens qu’un des deux noms si similaires…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *