CREMANT, MOUSSEUX: DES BULLES, RIEN QUE DES BULLES (part 2)

Ayant à cœur de finir ce billet démarré la semaine dernière, je reviens pour la suite de cette revue de bulles. Chouette, car j’adore les bulles (et je ne suis pas la seule). Prenant TRÈS à cœur ce que je fais, j’ai donc procédé à de nombreuses recherches et dégustations (C’est CELA, la conscience professionnelle!)

Après avoir disserté sur le Champagne et  la méthode traditionnelle, j’avais ainsi parlé des Crémants des principales régions. Cependant, ils ne sont point les seuls à bénéficier de cette merveilleuse méthode que nous enseignèrent quelques moines il y a plusieurs siècles (Note: Même retiré du monde, l’Homme reste toujours créatif quant à sa subsistance).

Ainsi, et toujours selon cette méthode traditionnelle, de nombreuses régions ont leur effervescent: la Blanquette de Limoux issu de Mauzac aux doux arômes de pommes et de miel, le Saint Peray dans le Rhône issu de Marsanne aux notes de coings et d’acacias et d’autres qu’il serait long ici d’énumérer…

Quant à la dénomination de Fines Bulles , il s’agit des vins effervescents originaires des bords de la Loire (Maintenant, vous pourrez vraiment crâner dans les dîners…)

De jolies et fines bulles présagent souvent d'un bon travail de vigneron

Reste la Méthode ancestrale que l’on peut trouver sur quelques étiquettes. KEZACO? Simplement, à la fin de la fermentation en bouteille toujours, on n’ajoute pas de liqueur de tirage (donc de sucres). Cette méthode donne des vins pétillants peu alcoolisés.

La Clairette de Die, pour sa part, reste un effervescent élaboré selon une méthode proche de la méthode ancestrale et issue de Muscat. Le résultat un vin peu alcoolisé et sucré aux bulles fines et aux arômes de pêche et de rose.

Il existe d’autres Vins Mousseux, sans appellation,  il s’agit le plus souvent de vin issu de la  méthode de cuve close. La prise de mousse ne se fait alors pas dans la bouteille mais dans une cuve sous pression. Afin de compenser la perte de gaz lors de la mise en bouteille, on autorise l’ajout de dioxyde de carbone alimentaire.

Pour finir, les Champagnes et Crémants existent en blanc comme en rosé.

C’est ainsi que, forte de ce (petit) savoir, vous pourrez désormais apprécier à sa juste valeur la bouteille de bulles gracieusement apporté par votre tonton Gérard lors du dernier raout familial.

Ne vous reste qu’à sortir les flûtes ou les coupes car tout cela ne reste finalement qu’histoire de goûts…

Mes Coups de cœur :

Première Bulle Sieur d’Arques: Une jolie Blanquette de Limoux au nez de fruits frais, légèrement brioché avec en bouche une belle rondeur. Un vin équilibré et agréable pour ravir vos apéritifs.

Gabrielle de Richaud en Clairette de Die du domaine Achard: Une Clairette superbe aux doux arômes de pêches et de lichees pour les amateurs de sensations fruitées et sucrées. Une mention pour les intéressées, il s’agit là d’un vin bio.

Saint Peray Brut du domaine Alain Voge : un nez d’une grande fraîcheur aux notes d’abricots secs et d’agrumes, une bouche ample et fraîche, de jolies bulles fines.

Ce contenu a été publié dans apéritif, vins effervescents, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à CREMANT, MOUSSEUX: DES BULLES, RIEN QUE DES BULLES (part 2)

  1. diablo 3 dit :

    Wonderful publish. I’m struggling with a few these issues.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *