AUX ACCROS DE LA FORME…

En ces lendemains de fêtes où vous ripaillâtes avec force (mais aussi avec Tonton Marcel), pour certains arrive la tentation grandissante de plonger du côté obscur de la force : l’abstinence. Ou plus clairement le jeun, la diète, la folie de la flotte, le germe de l’aquadépendance…

En ces temps où la detox est à la mode, le règne de la minéralisation et de la tisane à son apogée, je tiens à souligner que:

– selon une étude récente, les femmes qui boivent du vin ont 28% de chances en plus d’être en meilleure santé quand elles seront âgées (et accessoirement beaucoup plus drôles aussi)

– si l’oiseau aime les graines et l’eau fraîche, l’homme moins.

Si l’excès doit bien évidemment être tancé, rien ne saurait se comparer au bonheur divin d’un verre de vin pour accompagner un joli plat. Pour preuve, posez une bouteille sur la table et vous verrez le sourire de vos convives s’élargir (essayez avec une carafe d’eau, vous obtiendrez au mieux un vague merci).

Et pour rester dans le discours si cher aux gourous de la forme, n’oublions pas que le vin contient des polyphénols, c’est à dire des antioxydants qui protègent les cellules et sont utiles pour l’avancée en âge, non seulement pour les vieilles dames mais aussi les vieux messieurs. D’autant qu’on rigolera certainement un peu plus à la maison de retraite…

Ce contenu a été publié dans les Humeurs de Louise. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *