C’ETAIT LE GRAND TASTING

Imaginez plus de 350 des meilleurs vignerons de France et d’ailleurs. Imaginez plus encore que ces derniers s’installent au cœur de Paris avec leurs flacons et la gentille intention de vous les faire déguster. Ce moment magique, c’est le Grand Tasting organisé pour la 6ème année par les sieurs Bettane et Desseauve.

Mon verre en main d’un côté, le carnet de l’autre (soyons sérieux), j’attaquais cette dure journée par les Champagnes.  C’est ainsi que j’ai pu y voir (et gouter!) pêle-mêle les grandes maisons de Champagne tel Piper-Heidsieck dont les sommeliers ne manquent pas de vous faire découvrir l’histoire de cette maison magique, la Maison Roederer aussi qui proposait toutes ses cuvées du brut au fameux Cristal, mais aussi Jacquesson où Jean-Hervé Chiquet en personne vous initiait à ses excellentes cuvées revêtues de leurs seuls numéros, signe distinctif de la Maison. Les champagnes Jacquesson, c’est un assemblage patient, 4 lieux-dits aux expressions différentes et des dosage de sucre bas afin de laisser s’exprimer pleinement la pureté du vin. Une mention particulière aussi pour la Maison Drappier et ses cuvées non dosées (c’est à dire sans liqueur d’expédition) en champagne rosé et blanc de noir.

C’est ensuite l’occasion d’une ballade à travers toutes les régions. De l’Alsace avec l’excellent Marcel Deiss, mais aussi la découverte heureuse du domaine Gresser avec un Wiebelsberg grand cru franchement magique, c’est ensuite la découverte en Beaujolais du Château du Moulin à Vent qui propose des vins au fruité gourmand et aux tanins soyeux (aucun primeur, que du bonheur!).  Ce fut aussi l’occasion de redécouvrir encore et avec toujours la même joie les vins  des fameux Dauvergne-Ranvier, leur palette inspirée des vins de la Vallée du Rhône de la  Côte-Rôtie précise au joyeux Côte du Rhône. Sur le Languedoc, Hervé Bizeul sonnait la cloche pour inviter les amateurs à la dégustation d’une fantastique Petite Sibérie 2002, côté Terrasses du Larzac, un petit bonheur avec le domaine du Pas de l’Escalette avec de très jolis vins où l’élevage s’effectue sans bois afin de laisser s’exprimer le fruit et les épices. Que dire encore de ce très sympathique Saint-Emilion du Château Moulin du Cadet où Pierre Blois-Moueix dispense une culture en biodynamie à ses vignes qui, à en croire mon verre, lui en sont particulièrement reconnaissante.

Bref, vous l’aurez compris, le Grand Tasting, c’était un peu Noël avant l’heure…

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à C’ETAIT LE GRAND TASTING

  1. Gabrielle dit :

    Bonne idée, c est très instructif pour moi. Est ce qu il y a des forums que tu recommandes sur le sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *