A fleur de verre

Les vins sont des rencontres.
Ils dévoilent à qui sait ouvrir son verre des personnalités distinctes avec qui partager un moment.
Certains sont doux, tendres, quelquefois mordants, facétieux, quand d’autres seront profonds, ténébreux, complexes..
Tous ces verres sont l’occasion d’autant de tête à tête entre eux et moi.
wine-glass-wine-white-wine-glass-red-wine A chaque vin, c’est toujours la première fois.
Choisir la bouteille en l’imaginant: comment sera-t-il? Me plaira-t-il? Saura-t-il répondre à ce que j’attends de ce moment?
J’aime qu’il me surprenne, j’aime qu’il m’interpelle…
Quand la première gorgée passée, ses saveurs, sa structure se rappellent à moi et me donnent le désir d’y replonger. Ces découvertes, où dès la première rencontre, je veux tout savoir de lui: de ses sols à son vigneron.
Le connaitre, le comprendre, savoir qui il est, d’où il vient. Savoir un peu, mais pas trop. Jamais trop, lui laisser sa part de mystère, cette fraction magique, incompréhensible, qui me donne l’envie de revenir me poser entre ses verres de temps à autre pour un moment de complicité entre lui et moi.

Il y a des vins qu’on découvre, qu’on imaginait pas.
C’est un peu le cas de Fitou.
Entre mer et montagne, une bande de terre un peu à part où règnent les vents: tramontane et marin et où le soleil darde ses rayons.
Si grenache, syrah, mourvèdre sont présents comme souvent dans la région, c’est avant tout un terroir de Carignan.
Le Carignan, c’est un cépage qui revient de loin. Longtemps délaissé car un peu trop fougueux, râpeux dans sa jeunesse, il lui faut de l’âge pour prendre enfin son sens et sa profondeur.
A découvrir, La Tina de Champs des Soeurs qui dévoile au verre de jolies notes de pruneaux, de cuir et de pain grillé, avec toujours en bouche une jolie fraîcheur.
Le Château de Nouvelles également avec ses vieilles vignes qui propose un verre tout en rondeur et fraîcheur, le fruit est croquant, il explose en bouche pour laisser une trame légèrement épicée en fin de bouche.
Et puis, il y a Bertrand Bergé au verre toujours si précis, si droit. Le vin file et trace en bouche. la structure, parfaite des Mégalithes où s’expriment de vieux carignans avec des notes de cassis et de garrigue.
Autre terroir, les schistes du Mas des Caprices avec Retour Aux Sources, en bouche le fruit accroche les papilles, puis ce sont les notes de poivre et de chocolat qui s’y attardent avec bonheur.

C’est toute la magie du vin, se laisser porter et transporter encore vers de nouveaux ailleurs, accepter de plonger en lui et se laisser aller à ressentir.

Ce contenu a été publié dans decouverte appellation, dégustation, les Humeurs de Louise. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à A fleur de verre

  1. Eliane dit :

    Vous avez complètement raison ! Une bouteille est un vrai voyage dans l’espace et dans le temps. Moi je ne reste pas sur une bouteille, les nouveautés me tentent toujours, alors je deguste toutes les recommandations. En plus les occasions sont multiples. Hier j’ai dégusté un vin blanc du Pouilly fumé de Loire du Domaine Chauveau qu’on peut se procurer a travers leur site http://www.domaine-chauveau.com/. J’ai surtout apprecié le goût de «pierre-à-fusil». Je n’y manquerai pas de le faire deguster à mes prochaines invités.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *