A Chateauneuf, des bouteilles ont fait le printemps

Il y a des jours où l’on sent monter à soi toute la beauté et l’amour du monde.
La seule différence étant où se nichent la beauté et l’amour.
Si pour certains, la béatitude se cache (vachement bien d’ailleurs) dans un prime time de Plus belle la vie ou la énième rediffusion des feux de l’Amour, elle a plutôt tendance à se révéler à moi au fond d’un verre par une belle journée ensoleillée.
Le bonheur marche beaucoup mieux sous le soleil, c’est scientifique.
On peut être statique et congelé par -15°C sous une tempête de neige, rarement extatique.

Bref, c’est le printemps, les zoziaux chantaient et le bruit des bouchons sautant joyeusement hors des bouteilles ravissait mon petit cœur fragile en ce dimanche pour les désormais rituels Printemps de Chateauneuf.

Pour l’occasion, Rémy Bousquet avait sorti ses plus jolis crayonsremy bousquet

Côté vins, il y avait du lourd, de l’immémorable et deux ou trois autres choses..

Domaine du Père Caboche
En blanc un 2013 très prometteur, sur une grande majorité Grenache blanc, la clairette et le bourboulenc apporte une belle diversité aromatique.
Belle fraîcheur pour ce vin, aucune trace de bois. Au nez des agrumes, une pointe florale. En bouche, c’est l’ananas frais qui domine, quelques touches florales et une finale légèrement épicée aux notes de gingembre.

Domaine de La Solitude
Cuvée Barberini  2010
Riche et puissante, des tanins fins, une belle structure. Des notes de mûres, de griottes et de poivre. Une finale sur le cacao longue et envoutante.

Château des Fines Roches
Blanc sublime aux notes de  délicates fleurs blanches, vient ensuite le fruit jaune et derrière, légèrement en retrait, comme une dame qui aimerit se faire attendre, une pointe légèrement anisée arrive en bouche. Un vin complexe et fin, d’une grande élégance.

Domaine Font de Michelle
Cuvée Etienne Gonnet qui présente le double avantage, outre d’être très bonne, mais de pouvoir placer l’expression « vin vinifié en cuve tronconique bois » au prochain dîner mondain. Sur ce prochain succès dans votre vie sociale, profitez surtout du verre entre cerises noires, violettes et poivrefont michel

Domaine Charvin
Gros coup de cœur sur le Côtes du Rhône blanc du domaine qui allie à un fruité vigoureux, une grande fraîcheur. Des notes d’abricots, et d’angélique (le machin vert dans les cakes. Goutez, c’est très bon, à la fois vert et floral), le vin trace droit en bouche, explose de fruit et laisse derrière lui le regret du nectar enfui…
En rouge, le Chateauneuf 2011 porte la marque d’un vin plein de puissance à la trame tannique encore serrée mais fine. Cerises en alcool, chocolat noir, poivre. Un vin qui laisse une impression de force et de fraicheur à la fois. A garder pour regarder, gouter plus tard quand le temps aura assagi la fougue.

Domaine de L’Abbé Dîne
Une révélation. Des vins très gracieux caractérisent le travail de cette jeune vigneronne qui vient de reprendre le domaine familial, auparavant en coopérative. Le Côtes du Rhône village en vieilles vigne présente des notes de fruits noirs et de réglisse entre puissance et élégance. C’est à la fois charnu et raffiné comme ces odalisques d’Ingres (si vous ne connaissez point, allez , c’est très beau. Ne me remerciez pas)
Le Chateauneuf est un petit bijou. Issu de grenaches centenaires sur sable, ils dévoilent là une merveille de finesse. Petites fraises écrasées, roses, le bonheur est dans le verre. C’est délicat et derrière, la force d’une jolie trame tannique qui structure la bouche. A découvrir d’urgence.l'abbé dine

Château La Nerthe
La marque de fabrique de la maison, c’est cette précision sans esbrouffe. Les vins sont droits, pas trop marqués par le bois,  pas de surmaturité des fruits.
L’élégance est là, simple et efficace.
Le Chateauneuf blanc 2011 allie puissance et fraîcheur. Des notes complexes de fruits jaunes, de miel, de noisettes fraîches. La bouche est belle, structurée, longue comme une nuit d’été…
La cuvée parcellaire, « Clos de Beauvenir » est superbe. Elle démontre cet équilibre difficile, incertain, entre le fruit et l’élevage. Garder les arômes des baies, en souligner la fraîcheur et l’authenticité tout en donnant par le bois la profondeur nécessaire à sa révélation.
Bref, ça ne maquille pas, ça ne farde pas, ça sublime et c’est toute la différence.la nerthe

Château Vaudieu
Le Belvédère 2011, cuvée en blanc, détonne par son 100% grenache blanc. Aromatique, complexe, elle révèle des notes de pamplemousse, pêche blanche et une finale légèrement freesia.
En bouche, le vin prend son ampleur, s’installe, tapisse les papilles pour laisser longtemps après la gorgée bue l’empreinte de son passage.

C’était un dimanche à Chateauneuf.

 

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à A Chateauneuf, des bouteilles ont fait le printemps

  1. GREG dit :

    ah les vins de chateauneuf! j´aime tellement les cépages de cette région : syrah, grenache, mourvedre.. de quoi donner des vins explosifs de fruits en bouche!

  2. Mélanie dit :

    Je me laisserai bien tentée par le Domaine de l’Abbé Dine. Merci pour ces présentation qui vont m’être très utiles pour mon prochain repas :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>