Bivouac à Pessac

A quelques encablures de Bordeaux, juste en périphérie de la ville, sur sa rive gauche, Pessac Leognan.
Sur cette histoire de rive droite/ rive gauche, je rappelle: Garonne, nage, milieu, alliance. Pour le détail et les virgules, voir ici.

pessac leognan

De G à D, Château Malartique-Lagravière, Château Rouillac, Château Fieuzal et Château Couhins

On pourrait croire qu’ un vignoble originellement implanté autour d’une ville fondée par les Bituriges Vivisques, ne semblait pas très sérieux… Quand on y apprend en plus, que le cépage local de l’époque était le Biturica, on se demande s’ils ne le font pas exprès*.


Le Point Culture

Pessac pour les intimes, est à l’origine une subdivision de la région des Graves.
Dans les années 60, le jeune et fringant André Lurton voit dans ce terroir particulier où se situent nombre de crus classés, une richesse exceptionnelle.
Ni une, ni deux, la mèche et le foulard au vent, revendication et en 1987, appellation.
A noter, elle est une des rares à se décliner en rouge et en blanc sur la région.
Pour le reste, du joli classique avec Sauvignon, Sémillon et Muscadelle en blanc. Le Sauvignon amenant structure, fraîcheur et permettant le passage au bois, lors que le Semillon apporte de la rondeur et la Muscadelle de belles notes aromatiques et florales.
En rouge, c’est majoritairement le Merlot, caractéristique de ce noir profond et pour son fruit, le cabernet sauvignon pour la structure tannique et le cabernet franc pour ses notes aromatiques complexes. On note également du Malbec et du Carménère en plus petite quantité.

Et dans le verre?
Déguster à Pessac est toujours un grand moment d’émotion.degustation pessac
Un très beau coup de cœur pour le Château Malartic-Lagravière.
Côté blanc, c’est d’abord la note de citron confit qui éclate, des petites touches exotiques de mangue achève de le rendre gourmand, la finale est longue sur une note fumée, magique. C’est un vin qui prend tout l’espace en bouche et reste longtemps comme un joli souvenir. En rouge, ce sont tout d’abord les fruits noirs, puis des notes épicées, légèrement mentholées. La trame tannique est encore serrée mais fine.

Château Malartic Lagravière

Château Malartic Lagravière

Le Château de Rouillac également avec en blanc un très bel équilibre entre fruits et fleurs pour un boisé maîtrisé. De l’agrume à la fleur blanche, la finale est longue.
En rouge, c’est le fruit qui domine avec le cassis, puis la cannelle arrive pour se finir sur une bouche velours.
Doit-on encore parler du Château Smith Haut-Lafitte?
C’est très bon.
En blanc, c’est d’abord la tension qui impressionne, la sensation de fraicheur, d’acidité très rectiligne, puis c’est l’expression des agrumes, les notes poirées et florales. En finale, une note presque saline, fumée, définitivement terrienne. La bouche est longue, les arômes complexes et le bonheur au rendez-vous.
Côté rouge, le vin surprend par sa densité et sa fraîcheur à la fois. Des notes de fruits noirs, d’épices mais surtout une finale fumée si caractéristique de ce terroir de graves.

Château Smith Haut Lafitte

Château Smith Haut Lafitte

En blanc, à noter le magique Château Carbonnieux avec ses notes d’agrumes et de miel mêlées, des touches grillées pour un vin ample en bouche, dense.
Le Château Larrivet Haut-Brion avec une gamme aromatique complexe faite d’épices, de fruits blancs et de fruits à coques. Le Château La Louvière, un beau classique sur le citron, le tilleul mais au joli équilibre. Le Château Couhins-Lurton très peu boisé, sur les agrumes, précis, net.
On ne peut parler rouge sans évoquer le Château Fieuzal qui donne des vins de fruits noirs, amples, aux tanins serrés, des touches de moka, de poivre viennent compléter la bouche de ce vin fin et complexe. Un peu plus classique mais très élégant, le Château Olivier propose un joli 2012 en fruits et fraîcheur, très élégant. Le Château Couhins dévoile un vin épuré sur les fruits rouges, un peu fleuri, tout en finesse et légèreté.
Pour terminer sur l’inénarrable, le magique: le Domaine de Chevalier.
En blanc, ce sont les agrumes, les fruits blancs, l’acacias que viennent renforcer ces touches fumées tout en délicatesse. En rouge, c’est une merveille. Le jus des fruits noirs coule délicatement, prend sa force dans les épices, un modèle d’équilibre, de fraîcheur.
On approche le sublime.
Bref, je reviens quand?
Pour nombre de parisiens, sachez que vous pourrez retrouver la plupart de ces châteaux lors du Grand Tasting les 6&7 décembre, pour les infos, c’est par là 

* A ce point du récit, on notera mon immense culture apte à animer survivre à tout dîner mondain. Je fais aussi mariage, baptème et Bar Mitzvah.

 

 

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Bivouac à Pessac

  1. GREG dit :

    Le Larrivet Haut Brion est vraiment une valeur sure!
    et puis un petite Pape Clément aussi même s´il n´est pas accessible à toutes les bourses!

  2. Hubert dit :

    Le Château Fieuzal mon épouse & moi adorons
    Un ami m’a fait le plaisir de me faire gouter un Château Smith Haut-Lafitte qui fut une merveille sur le repas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>