Graves moi…

A boire des verres sur des malentendus, on finit par tomber sur le fruit défendu…
Longtemps Bordeaux m’a fait peur, des appellations multiples, des terroirs en pagaille, la peur d’y perdre mon verre. Je garde en mémoire un joli terroir, des arômes en bouche sur lesquels résonne un vieux Marc Lavoine.
porte crabitey

C’est là, dans la rive gauche de la Garonne que j’ai appris à apprivoiser mes doutes et aller vers ces vins. Une terre qui  se dessine sur des terrasses en croupe, qui s’étale en pente douce de graviers et galets mêlant des sables, des argiles et je devine là des des histoires défendues où le fruit explose au verre et laisse en bouche des tanins serrés, fins.

Un peu larguée, un peu seule sur la terre, le verre tendu, les doutes en arrière, j’ai avancé vers ces vins. J’y ai rencontré le Château Floridène avec un blanc fait d’or vert aux arômes d’agrumes, au bel équilibre qui laisse en finale une touche minérale, un peu caillouteuse, tendue. Le Château Cossu également où la bouche se met en joie sous des notes de fruits exotiques qui titillent les papilles et se prolonge comme un rire. Le Château Respide aussi qui dévoile des agrumes où de jolis amers appétant laisse place à des notes délicatement fumées.chateau cossu

En rouge, ce fut encore Floridène qui montre une grande précision. Le Cabernet Sauvignon y est maîtrisé, le Merlot apporte son fruit pour un vin aux tanins serrés, fins fait de fruits noirs où se détache de petites notes mentholées, fumées.  Le Château Cerons porte en lui de jolies notes de fruits rouges, une pointe de vanille, la bouche est joyeuse et prometteuse.
chateau cerons
Ce fut enfin, la découverte du Château Crabitey. Arnaud de Butler élabore des vins élégants, forts. Le verre est entier, plein de fruits noirs juteux où se révèle en arrière plan des notes de poivre vert, un bois maitrisé qui met le vin en avant sans le masquer.
Le corps s’achève sur une bouche soyeuse où l’on devine du cuir à venir au passage des années. A peine achevé, la main se tend, le verre s’agite pour en boire une fois, encore.

 

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Graves moi…

  1. GREG dit :

    Pourquoi un petit château Mayne D´Imbert!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *