Vendanges de jolies quilles chez Monoprix

Je refuse d’entrer dans le débat caviste vs grande distribution.
J’ai choisi mon camp.
Celui du vin.
Indéfectiblement, indéfiniment.
Celui de la jolie quille qu’on déniche ou qu’on vous fait découvrir.
S’il reste évident qu’un caviste sera toujours à priori de meilleur conseil, et je leur dois une partie de mes premiers émois bachiques, il existe des salariés de grande distribution passionnés par le vin et qui aiment découvrir des jolies bouteilles pour leurs magasins.
Encore une fois, rien de blanc, ni de noir, on navigue dans le gris.
Cependant, rien ne remplacera jamais la divine parole du vigneron. Des gens au cœur tendre qui n’aiment rien de moins qu’un petit mot de votre part pour vous ouvrir les portes de leur domaine. Embarquez l’Homme, les nains et partez au milieu des vignes, boire les paroles du faiseur de bonheur.

En attendant, chez Monop’, la foire aux vins est placée cette année sous le signe des cépages insolites.
Alors Perrette, sans vouloir te commander, mais tu ferais bien de lâcher ton pot au lait fissa et de courir à ta supérette pour une provision de jolies quilles du 11 au 24 septembre.

On y trouve un sublime Auxerrois 2008 (10,50€) de chez le bien connu Pierre Frick, très beau domaine alsacien en biodynamie. Un blanc à la robe paille avec en bouche une merveille de fraises très mures, de rhubarbe pour une très longue finale de miel. Un très beau moment de gourmandise.pierre frick alsace vin
A retenir également, l’Essence d’Abouriou (4,90€), vieux cépages des Côtes de Marmandais pour un vin de fruits noirs et d’épices en bouche un vin avec de la matière et du corps. Côté Gaillac, le Château Lecusse propose la cuvée prestige Fer Servadou (7,90€)aux accents typiques du cépage de cassis et de poivre vert. Un joli vin qui titille les papilles et ouvre les crocs. En bulles, un beau Mauzac (8,95€) gaillacois du Château de Rhodes, aux notes de pommes et d’épices, à la grande finesse.
Un de mes grands coup de cœur de l’année pour le Clot de L’Oum, un domaine en bio avec le très beau Pozzo Rococo (11,90€), une merveille de Syrah, Grenache et Carignan sur un sol de granit pour exhaler fraîcheur et poivre. Au final, un jus croquant, d’une démente précision, avec en finale la fraîcheur de la rocaille.
A découvrir le Gamay de Bouze (8,90€) d’Henri Marionnet, un vin aux tanins présents mais à la jolie rudesse sur fond de fruits. Un petit côté casse-croûte du travailleur, à sortir sur des gourmandes charcuteries.
Une mention pour le Château Grand Boise (8,50€) en rosé dont j’avais déjà parlé ici. Un vin aux notes de fruits rouges et de violette à marier sur des currys ou de la cuisine thaï pour un moment délicieusement décadent.

Finalement, le bonheur reste simple comme un verre…

Ce contenu a été publié dans dégustation. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *