LES MILLESIMES DE LA COLERE

Comme à mon habitude (au grand drame de l’Homme), je feuillette souvent toujours quelques magazines de vins et gastronomie.

Pour mon plus grand bonheur, je suis tombée sur un ultime article traitant des millésimes à l’usage des ménagères.

Une merveille! Devant moi se déclinait la liste des millésimes depuis 2000, les bons, les moyens et ceux à éviter! Formidable, grâce à lui (l’article, pas le millésime), vous pourrez, à la fin de ces 40 lignes, devenir expert et ainsi déclamer aux Galeries Farfouillette: « Non chéri, pas de 2007, c’est une mauvaise année! » (surtout ne pas oublier le ton pédant, la voyelle trainante et l’accent sur la ponctuation).

Une des premières choses qui me fut enseignée, c’est que, s’il existe de grand millésimes, il n’y en a jamais de mauvais, seulement de plus difficiles. Au delà de la formule, c’est rappeler qu’un vin est la synergie entre la nature et le travail d’un vigneron. J’ai souvent pu le vérifier au cours des nombreuses rencontres et dégustations que j’ai pu faire. J’ai bu de grands vins et écouté avec passion le travail de l’homme pendant ces années où la nature met son savoir et son engagement à l’épreuve.

A trop prendre de raccourcis, on fini surtout par prendre son lecteur pour un pigeon lobotomisé. Alors, je dirais juste que simplifier, n’est pas tronquer. La brave ménagère, dont je fais aussi partie, sait lire et, au risque de vous surprendre, comprendre bien plus de choses que vous ne semblez le croire.

C’est tout ce que j’avais à dire là-dessus…

Ce contenu a été publié dans les Humeurs de Louise, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à LES MILLESIMES DE LA COLERE

  1. Vinodis dit :

    Ramener la viticulture à « Bordeaux, c’est bon et Muscadet, c’est dégueu » est le propre des ignorants et de la GD qui entretient cette ignorance !
    De plus, tous ces guides ou tabloïds ne goûtent pas nécessairement le vin au bon moment, ce qui donnera des vins fermés, bourrés de réduction, trop acides, astringents, …
    Combien de fois n’ai-je pas été surpris par le travail d’un producteur, ancré au milieu d’industriels, qui produit de véritables petits bijoux … et je pense que je serai encore surpris durant les 30 prochaines années (après, je serai mort 😉 ), et ce qui est magique dans ce secteur !

    • louise dit :

      D’autant que le Muscadet, c’est bon!! 😉
      trève de plaisanteries, je suis totalement d’accord avec toi et je ne manque jamais de saluer l’art vigneron.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *