Touche Pas A Mon Vigneron: les raisons de la colère

Il y a quelques jours, entre colère, tristesse et passion, je rédigeais la pétition « Touche Pas A Mon Vigneron »  afin d’empêcher les préconisations inscrites dans le rapport Reynaud remis il y a peu au Premier Ministre, de se transformer en réalités.touche pas a mon vigneron

Trois mesures globales sont à relever:

  • l’augmentation des taxes sur l’alcool (vins et spiritueux)
  • l’instauration d’une taxe marketing (1€ pour 1€ engagé)
  • la création d’un « observatoire du marketing » dont le but serait le contrôle de la communication (a priori financé par les taxes prises aux vignerons)
  • la fin de la communication sur les réseaux sociaux pour les acteurs du vin (vignerons, négociants..)

Pour les durs de la bouteille, les sourds du verre et les sceptiques du tire-bouchon, une petite liste non-exhaustive des conséquences (ou quand la déprime s’enquille):

  • Plus de publicité sur le net pour les marques d’alcool mais au-delà des marques, on entend aussi les appellations.
  • Un vigneron ne pourrait plus avoir de page FB ou de comptes Twitter visible en France. Quand on sait que les ventes en France représentent environ 30 millions d’hectolitres… 
  • Les petits salons montés par des vignerons n’auront plus la visibilité offerte par les événements FB et l’écho des réseaux tant dans leur préparation que dans les invitations au public.
  • La taxe au marketing devrait réduire tous les budgets alloués à la communication de moitié (l’autre moitié servant à financer la taxe et l’organisme de contrôle, c’est le 2ème effet Reynaud)

Je m’en voudrais de fouler au pied les croyances de certains (si, si!), mais la grande majorité des exploitations viticoles françaises ne possèdent pas de service marketing d’où de frais émoulus de grandes écoles de commerce élaborent des stratégies marketing machiavéliques à coup de budgets honteusement astronomiques. Non, nombre de vignerons tentent de se faire connaître par les réseaux en parlant de leurs engagements  et de leur travail.

Alors si vous désirez continuer de suivre les aventures des vignerons que vous aimez, si vous souhaitez continuer de lire le vin, prenez vos mulots et cliquez sur la pétition.

Pour signer et se renseigner, c’est ici : pétition et rapport Reynaud

Ce contenu a été publié dans les Humeurs de Louise, Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

8 réponses à Touche Pas A Mon Vigneron: les raisons de la colère

  1. Ping : Le rapport Reynaud met le feu aux foudres : vignerons, forums, blogs de vin, tout le monde va payer l’addiction sur internet — Bourgogne Live | Site d'information sur le vin, l'œnotourisme et l'art de vivre en Bourgogne

  2. vente de vin dit :

    C’est inadmissible ! Vous imaginez tous les chômeurs que cela va engendrer . Rien que dans mon entreprise si cette loi passe je dois licencier 2 personnes qui ne s’occupent que de la pub et des réseaux sociaux !
    Merci pour votre pétition ! Je la signe de suite et je la transfère !
    Merci

  3. Ping : Les caves-istes se rebiffent* | La PinardotheK

  4. rpi dit :

    Je suis révolté par le travail de M. Reynaud que je viens de lire.
    D’un point de vue scientifique d’abord : la présentation des résultats est floue et peu précise. Les conclusions sont de véritables sophismes : Comment ce mec peut penser qu’un blog ou qu’un forum de passionnés peut induire des comportement à risque ? Alors qu’au contraire, ces sites engagent le plus souvent à boire mieux. Ce qui implique souvent de boire moins (sinon, c’est cher, et puis quand c’est bon, on prend notre temps.) Et empêcher les producteurs de communiquer sur les réseaux sociaux et sur le net ? A l’heure actuelle, c’est signer l’arrêt de mort d’un business
    Cependant, je suis également en désaccord avec votre pétition et je suis vraiment dans le regret de ne pas pouvoir la signer et de ne pas pouvoir en faire la promotion. Non seulement, elle ne vise qu’à défendre les vignerons et même elle en rajoute en demandant qu’on le différencie des autres alcools. Sérieusement, pourquoi ? Les brasseurs artisanaux (je prêche un peu pour ma paroisse), les fabricants de cidre fermier, les distillateurs de rhum… vous en faites quoi? Ils ne méritent pas d’avoir la même liberté d’expression ? Les produits qu’ils font (pardon, tous aussi nobles et issu d’un savoir faire et d’une culture ancienne que le vin) n’ont pas le droit qu’on échange à leurs sujets sur des blogs et autres forums ? Et seuls eux doivent supporter les accises sur l’alcool ? Pour info, à degré d’alcool équivalent, le vin est 10 fois moins taxé que la bière.
    Je trouve que cela dénote d’une certaine suffisance à l’heure où il vaudrait mieux rassembler. Et vraiment, du coup… ben je sais pas quoi faire

  5. GREG dit :

    Encore une fois l´état lance une politique pour enterrer des pieds de vigne plutot que de favoriser la fleurissement de nouveaux pieds! Pour relancer l´économie il faut favoriser la croissance et non bloquer ceux qui veulement prospérer!

  6. jeremy dit :

    Jolie combat louise…

    Un ancien de suze 😉

  7. Yves dit :

    L’état croit savoir ce qu’il faut faire, mais se trompe…
    C’est bien dommage…
    Merci pour la lecture, c’était très intéressant!

  8. Ping : Une Potiche à Vinexpo: épisode 1 ! | My global Bordeaux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *