A SANCERRE, RIEN NE SE PERD (ET SURTOUT PAS SON VERRE)

A trop surfer sur le net, on finit forcément par y rencontrer des gens recommandables.
C’est le cas de Nicolas Millérioux, vigneron à Sancerre.

De passage dans la région, je me suis mise en tête de passer sur ses vignes et goûter ses vins. Un peu agacée tout de même par la constante bonhommie du garçon, j’espérais trouver là matière à râleries et autres grognasseries. Eh bien, même pas.

Sancerre est un peu à part. Encore en Loire mais pas très loin des Bourguignons et à deux encablures de l’Auvergne. Afin de motiver l’Homme au voyage, j’avais innocemment évoqué un pays de steack, de fromage de chèvre et de vin. A ces mots, ni une, ni deux, mon tire-bouchon et moi nous retrouvions dans la précieuse auto de Monsieur en route pour les coteaux de Sancerre.sancerre vin millerioux

Le verre étant bon, quelques données afin d’expliquer au serveur du dernier bar branché, à la lippe tombante et belliqueuse, que non un verre de Sancerre, ce n’est pas seulement un verre de blanc.
Le Sancerre existe en trois couleurs du blanc plus connu,au rosé puis au rouge. Les vignerons étant des hommes simples et pragmatiques comme les filles en raffolent, on distingue deux cépages, le Sauvignon pour le blanc et le Pinot Noir pour le rouge et le rosé. Suite à un méga binz aux environs du paléolithique, des résurgences de différents sols sont ressorties pour former des collines aux terroirs aussi divers qu’un patchwork de retraitée SNCF.sancerre vin millerioux

Le domaine Georges Millérioux possèdent ici 17 ha, morcelés aux différents coins de l’appellation. Depuis 2008, Nicolas, le fils, est revenu sur ses terres. L’œil vissé sur ses vignes et l’i-phone jamais loin, le géant fait mine de rien de jolies cuvées, élégantes et fines.
Son Sancerre Traditionnel témoigne d’un beau rapport plaisir/prix (7,20€) à une époque où la boutanche tend à suivre la courbe du baril. Au nez, ce sont les notes caractéristiques de buis et de citron avec des touches légères d’amandes fraîches. La bouche est fraîche avec une belle acidité et du fruit.
Le surprenant Sancerre « La Réserve » provenant d’une récolte parcellaire est produite seulement lorsque les années (ou plutôt la Nature) le permettent sur des raisins à grande maturité. Le résultat dévoile un nez surprenant de pamplemousse. En bouche de la rondeur pour une finale sur les fruits exotiques.
Le Sancerre rouge issu donc de Pinot Noir apporte au nez les notes des petits fruits rouge et une pointe agréable de poudre de cacao. En bouche, une belle fraîcheur sur le fruit avec une finale légèrement épicée. La « Réserve » 2009, apporte un nez de cerises en alcool et de fougères pour une bouche gourmande.vin sancerre millerioux

Bref, Sancerre, c’est chouette. Si d’aventures vous décidiez d’y poser vos fourchettes, faîtes donc un tour à « La Bonne Auberge » à Chavignol et demandez à la délicieuse Caroline de vous faire découvrir ses chèvres…

 

Ce contenu a été publié dans decouverte appellation, dégustation, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à A SANCERRE, RIEN NE SE PERD (ET SURTOUT PAS SON VERRE)

  1. Carine dit :

    En effet, un très beau terroir 🙂
    et une référence pour les amateurs de sauvignon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *