DE L’OLIVE A LA VIGNE, L’EXIGENCE COMMUNE

En Provence, la vigne succède souvent aux oliviers.
Jean-René de Fleurieu est né ici, entre Rhône et Languedoc.
Après des années parisiennes où il revient régulièrement se ressourcer, il décide de poser ses bagages définitivement dans les années 90 avec une passion, l’olivier.

Ce sera le début du Moulin des Ombres, des années de travail pour arriver aujourd’hui à 75 ha d’oliviers. Le passage au bio, la reconnaissance de l’effet terroir sont autant d’éléments importants pour cet homme en quête permanente de qualité.
Il s’équipe du Moulin afin de maîtriser la fabrication après la production. Ici point de Moulin en pierre romantique qui abîme le fruit. Pas d’eau, de la technique afin de préserver chaque variété d’olive. Comme dans le vin, chaque jus a ses propres qualités organoleptiques, l’assemblage permet de créer l’huile désirée. Aromatiques, les siennes développent des notes d’artichaut et d’herbes fraîches.
Une huile reconnue aujourd’hui dans le monde entier.

L’homme possède aussi des vignes. Dans un premier temps, occupé, presque obnubilé par ses oliviers, il confie les premiers hectares à la coopérative. Les années venant, il se sent de plus en plus frustré de ne pas avoir ses propres raisins dans le verre, les coopératives mélangeant les productions.
Dans la même logique que l’olive, il passe au bio en 2007. Il s’adresse alors avec un vigneron reconnu de la région dans la même démarche pour ses vinifications et sort ainsi de la coopération. C’est désormais ses propres raisins dans chaque bouteille.
Si Jean-René est un homme d’exigence et de passion, c’est aussi un homme têtu.
Il veut être indépendant. Il rachète donc un vigneron voisin quand l’occasion se présente et récupère ainsi la cave. Il vinifie désormais seul depuis 2011.
75 hectares de vignes où Syrah, Grenache, Mourvèdre, Cinsault et même Caladoc s’épanouissent. Grâce à sa position géographique « à cheval » sur deux régions, le domaine produit Côtes du Rhône, Costières de Nîmes et vins IGP Pays d’Oc.

Première grande fierté, son Chateau de Montfrin en Costières de Nîmes a obtenu la médaille d’or du Concours Agricole Général. Un rouge à la robe pourpre foncée, gourmand, au fruit croquant.

Bref, Jean René de Fleurieu est homme exigeant…ET heureux.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *