Les choses, moi et la Bourgogne…

Force m’est de constater que les choses et moi sommes en guerre.
Notez bien que je n’écris pas moi et les choses.
Naïvement, je crus longtemps les choses inanimées.
Mais il a fallu se rendre à leurs évidences et croire, sans comprendre, en l’humanité des choses, à leur capacité à ressentir envers leur possesseur un quelconque sentiment.

C’est encore arrivé ce matin, la cafetière s’est liguée avec le filtre papier et la poubelle. Je suppute même une complicité du carrelage. Et voilà comment un simple petit déjeuner s’est transformé en lutte impitoyable où les choses ont encore une fois gagné, le temps s’est perdu et moi j’ai récuré tout à la fois sol, cafetière et poubelle.les-temps-modernes-charles-chaplin Continuer la lecture de « Les choses, moi et la Bourgogne… »

Si tu ne viens pas à Gaillac, Gaillac viendra à toi…

Eu égard au grand philosophe Jean-Claude VanDamne, j’essaye d’être « aweeere ».
Le belge ayant apporté à la philosophie, ce que Maité laissât à la cuisine, à savoir un tranchant à nul autre pareil.

Je surfe (mais est-ce encore la mode?) sur les tendances en notant précieusement sur mon smartphone, le papier étant déplacé, que le selfie est le nouveau portrait, le hashtag le nouveau commandement, le velib’ le dernier véhicule hype, la diète, le nouveau régime (un génie ayant trouvé qu’arrêter de manger permettait de maigrir) et le burger est en passe de devenir down, supplanté par le kale (de préférence dans des smoothies aux drôles de couleurs).

Mais sais-tu, cher lecteur avide de nouvelles, que Gaillac restera à jamais Gaillac?

Des vins à la variété pas encore infinie (mais on y travaille), et des cépages autochtones à nul autre pareil.terre de gaillac

Continuer la lecture de « Si tu ne viens pas à Gaillac, Gaillac viendra à toi… »