Ma liste de Noweeel

Ayant moi aussi à cœur de m’asseoir sur les genoux d’un vieux bonhomme libidineux revêtu d’un ridicule bonnet rouge, j’ai cédé à la tradition et rédigé ma sacro-sainte lettre au Père Noël. Un type exploitant allègrement des nains au fin fond de la toundra ne pouvant pas être totalement mauvais.
bad-santa

 

  1. Des Finos de Puerto Santa Maria.
    Sentir encore les herbes sèches, l’amande et la salinité en bouche.
    Se pâmer puis finir un somptueux Jamon Iberico.
  2. Des sublimes verres Riedel.
    Jouer les snobs, poser des circonflexes sur mes a et verser mes vins dans leurs écrins.
    Se pâmer devant le nez du verre puis finir la divine quille.
  3. Un verre d’Un Faune avec son Fifre sous les Oliviers Sauvages de Bizeul les pieds ancrés dans cette terre du Roussillon, sauvage et exigeante à la fois. Sentir le fruit rouge et la structure du Cabernet Franc, apprécier sa tension qui vient tracer le vin, en dessiner les contours. Un baiser violent. Précis.
    Se pâmer et se taire.
  4. La sculpture tire-bouchon de Rob Higgs.
    Un objet inutile, dispendieux à une époque où tout se doit d’être utile est un rappel de la nécessité du futile.corkscrew 2
    Se pâmer, puis le refiler à quelqu’un qui aura la place de mettre ça au milieu du salon.
  5. Une table en bois grande et longue.
    De celle sur lesquelles on s’engueule, on rit jusqu’à des heures indues où le raisonnable n’a pu sa place.
    Se pâmer et rêver.
  6. Une bouteille de Brane Cantenac.
    sentir l’arôme des mûres fraîchement cueillies sur les ronces une soirée d’été.
    Se pâmer et boire.
  7. Que le monde entier et plus particulièrement mes voisins arrêtent de pendre des Père Noël suicidaires à leurs fenêtres. Cette plongée dans un univers digne du fils spirituel dépressif de Wenders et Lynch m’angoisse chaque année.