De quilles en quilles: l’hebdo des bouteilles de la semaine #2

En image et en verre, au top de la semaine.
J’ai le tire-bouchon toqué sur le Languedoc et le Roussillon ces derniers jours.

felines jourdanUne très belle surprise. Une appellation souvent trop méconnue pour un très joli blanc sur la fraîcheur. Des notes de fruits jaunes croquants et juteux qui éclate sur une trame acide qui vient titiller les papilles. Un instant de silence à la mémoire des huîtres à l’arrière de la photo qui l’ont merveilleusement accompagnée. Pour moins de 8€, on se rue sur le tire-bouchon.mas crematUn blanc encore des Côtes Catalanes, Grenache blanc et Macabeu, ce cépage caractéristique du coin pour un blanc d’apéro qui sent le rire, le jambon cru et les amis autour. Ça se bouscule en bouche entre les agrumes et la pêche jaune bien mure et ça ouvre l’appétit à moins de 7 € chez le caviste.
mas champartC’est toujours aussi bon. Une appellation avec des sols de schistes qui donne des blancs précis, sur la minéralité. Des touches de verveine, de citron et de petites mirabelles juteuses, en finale une légère amertume qui réveille les papilles avec un petit gout de reviens-y… Aux alentours de 12€ à la propriété.
Archimbaud l'enfant terribleAttention, bombe en approche! Une merveille de fruits noirs, de cacao et de réglisse.
Ça se fait velours sur la bouche, glisse sur la langue et prend tout l’espace…
Cette quille là, elle est terrible.  (13 € chez mon caviste)
la coule douce perdrixEncore un vin des Côtes de Catalanes, un vin sur la simplicité, avec du fruit, les tanins sont un peu accrocheurs mais la matière est belle. La cerise noire domine, avec de jolies notes de poivre. Ça croque en bouche avec une jolie longueur, et franchement c’en est esbrouffiant à moins de 6€.

Bivouac à Pessac

A quelques encablures de Bordeaux, juste en périphérie de la ville, sur sa rive gauche, Pessac Leognan.
Sur cette histoire de rive droite/ rive gauche, je rappelle: Garonne, nage, milieu, alliance. Pour le détail et les virgules, voir ici.

pessac leognan
De G à D, Château Malartique-Lagravière, Château Rouillac, Château Fieuzal et Château Couhins

On pourrait croire qu’ un vignoble originellement implanté autour d’une ville fondée par les Bituriges Vivisques, ne semblait pas très sérieux… Quand on y apprend en plus, que le cépage local de l’époque était le Biturica, on se demande s’ils ne le font pas exprès*.

Continuer la lecture de « Bivouac à Pessac »

Vin Nouveau ou Nouveau Vin?

A l’heure où les français se réveillent en bleu, des ballons plein les yeux, les vignerons préparent les leurs  avant  la vague rouge des primeurs qui s’apprête à submerger les troquets de Paris aux jacuzzis tokyoïtes.

Si les Beau(en)joleurs tirèrent les premiers, nombre de régions dégainent aujourd’hui du Languedoc, aux Côtes du Rhône, en passant par le sud-ouest.vin nouveau

Continuer la lecture de « Vin Nouveau ou Nouveau Vin? »

Graves moi…

A boire des verres sur des malentendus, on finit par tomber sur le fruit défendu…
Longtemps Bordeaux m’a fait peur, des appellations multiples, des terroirs en pagaille, la peur d’y perdre mon verre. Je garde en mémoire un joli terroir, des arômes en bouche sur lesquels résonne un vieux Marc Lavoine.
porte crabitey

C’est là, dans la rive gauche de la Garonne que j’ai appris à apprivoiser mes doutes et aller vers ces vins. Une terre qui  se dessine sur des terrasses en croupe, qui s’étale en pente douce de graviers et galets mêlant des sables, des argiles et je devine là des des histoires défendues où le fruit explose au verre et laisse en bouche des tanins serrés, fins.

Un peu larguée, un peu seule sur la terre, le verre tendu, les doutes en arrière, j’ai avancé vers ces vins. J’y ai rencontré le Château Floridène avec un blanc fait d’or vert aux arômes d’agrumes, au bel équilibre qui laisse en finale une touche minérale, un peu caillouteuse, tendue. Le Château Cossu également où la bouche se met en joie sous des notes de fruits exotiques qui titillent les papilles et se prolonge comme un rire. Le Château Respide aussi qui dévoile des agrumes où de jolis amers appétant laisse place à des notes délicatement fumées.chateau cossu

En rouge, ce fut encore Floridène qui montre une grande précision. Le Cabernet Sauvignon y est maîtrisé, le Merlot apporte son fruit pour un vin aux tanins serrés, fins fait de fruits noirs où se détache de petites notes mentholées, fumées.  Le Château Cerons porte en lui de jolies notes de fruits rouges, une pointe de vanille, la bouche est joyeuse et prometteuse.
chateau cerons
Ce fut enfin, la découverte du Château Crabitey. Arnaud de Butler élabore des vins élégants, forts. Le verre est entier, plein de fruits noirs juteux où se révèle en arrière plan des notes de poivre vert, un bois maitrisé qui met le vin en avant sans le masquer.
Le corps s’achève sur une bouche soyeuse où l’on devine du cuir à venir au passage des années. A peine achevé, la main se tend, le verre s’agite pour en boire une fois, encore.