Que boire avec un…radin?

Alors que je planchais activement à mon prochain article (comprenez vidais consciencieusement ma cave), mon téléphone sonna. D’une voix digne d’une opératrice de feu le minitel rose (la jeune génération a vraiment loupé des moments fantastiques), je décrochais et coassais un allô discordant.
A l’autre bout du fil, l’homme qui hante mes nuits et épuise ma messagerie: mon banquier. L’homme d’une mesquinerie folle commença à me parler de ce qu’il nomme dépenses et que j’appelle investissements oenologiques. Je l’écoutais donc mollement m’enjoindre en ces périodes fastes de notre économie à quelques placements judicieux à des taux de croissance équivalent à ceux d’un pays du tiers-monde. Ce n’est qu’après avoir promis de réfléchir aux fantastiques opportunités de notre glorieuse finance du ton convaincu d’un jeune éphèbe devant une vieille lady arthritique, que je pus enfin raccrocher.

Retournant à mes verres, je songeais à mes habitudes dispendieuses, me promettant pendant un quart de seconde (fort inutilement) de raisonner mon budget et devenir ce que les adultes nomment, responsable. Dès lors,  une question insoutenable étreint mon (petit)esprit: Que boire avec un rat?
Continuer la lecture de « Que boire avec un…radin? »

Que boire avec un con?

Il y a quelques jours, alors que je travaillais allègrement (comprenez surfais mollement à des heures indues en compagnie d’une jolie quille), google défilait sous mes yeux éteints la kyrielle de ses accords mets & vins.

Du chili en passant par le cake à la courgette tout à son accord. A mon humble avis, qui n’est absolument pas sollicité, le cake à la courgette étant déjà une aberration en soi, y ajouter un vin relève d’un non respect des conventions oenologiques élémentaires.
Il y a des recettes qui s’imagine réellement comme des déclarations de haine.

Je fus frappée par l’absence d’un accord pourtant essentiel: Que boire avec un con?
Parce que si, avec des amis, on vide la cave avec bonheur, on part même en quête du truc fantastique, improbable sur lequel on discourra jusqu’au bout de la nuit.
Qu’est-ce que l’on sort quand, malgré des tactiques digne du Mossad et de ma belle-mère réunis, le Con s’est invité dans votre canapé??

Continuer la lecture de « Que boire avec un con? »

Plan de Dieu, quand le verre vire au religieux…

Ils étaient beaux, ils sentaient bon la terre chaude mes vignerons du Plan de Dieu.
Sorry Piaf, sorry so…
Nous partîmes 24 de la Vallée du Rhône, et arrivâmes 24 à Paris.
Sorry Corneille, sorry so…
L’emprunt à Gainsbourg s’imposait pour cette journée, où les vins étaient si bons.
Le Pape donna même sa démission ce même jour. Fallait y voir un signe??
Toute histoire devant commencer comme il se doit..
Il était une fois une jolie petite appellation du Rhône méridional, pas trop connue, avec des petites merveilles où les quilles dépassent rarement les 10 euros et où la fille allait allègrement remplir sa cave depuis quelques années. Alors quand l’occasion s’est présentée de les monter sur Paris voir quelques fous de vins, j’ai embarqué mon tire-bouchon, dégainé mes verres et débarqué les vignerons…

Le Plan de Dieu: sa vie, son oeuvre

Entre Vacqueyras, Gigondas, et Rasteau, il y a là un immense plateau dont le terroir est issu du ou des dieux (on s’en fout, c’est si bon) mais surtout de l’époque du Riss et  qui révèle richesse, puissance et plénitude. Je vois déjà les mains se lever (si, si!): c’est quoi le Riss? Pour faire simple, une ère de sacrée glaciation au quaternaire (Megève, à côté, c’est de la gnognotte) et dont les éboulis au moment du réchauffement ont apporté une multitude de pleins cailloutis, bon, beaux et biens…
Quant au nom, il semblerait que le coin était tellement malfamé au Moyen-Age (pire que les Galeries Farfouillette un premier jour de soldes, c’est dire!) que les voyageurs recommandaient leur âme au Créateur avant de le traverser.
Le climat ensoleillé donne des raisins biens mûrs, le Mistral assechant les vignes permet pour sa part en bon copain de réduire les traitements au minimum. Quelques vignerons sont tout de même en bio, mais les conventionnés restent bien dessous des normes établies.

Des dégustateurs aux anges! Merci à Lincoln Siliakus
Continuer la lecture de « Plan de Dieu, quand le verre vire au religieux… »