Mémoire d’un bouchon…

pontet canet 2014

Ecrire, raconter ses flacons, revenir au bord du verre le temps d’un souvenir.
Du bout du stylo effleurer ses arômes, écouter ses notes, coucher le moment.
Simple soupir posé au coin du plaisir.

C’était Pontet Canet, 2014.
Bouteille inattendue qui surgit au détour de tous ces passages où l’on s’oblige, des contretemps qui assaillent…
Se poser et sentir le bonheur venir. Continuer la lecture de « Mémoire d’un bouchon… »

Les choses, moi et la Bourgogne…

Force m’est de constater que les choses et moi sommes en guerre.
Notez bien que je n’écris pas moi et les choses.
Naïvement, je crus longtemps les choses inanimées.
Mais il a fallu se rendre à leurs évidences et croire, sans comprendre, en l’humanité des choses, à leur capacité à ressentir envers leur possesseur un quelconque sentiment.

C’est encore arrivé ce matin, la cafetière s’est liguée avec le filtre papier et la poubelle. Je suppute même une complicité du carrelage. Et voilà comment un simple petit déjeuner s’est transformé en lutte impitoyable où les choses ont encore une fois gagné, le temps s’est perdu et moi j’ai récuré tout à la fois sol, cafetière et poubelle.les-temps-modernes-charles-chaplin Continuer la lecture de « Les choses, moi et la Bourgogne… »

Tout le monde il est bio

Il y a peu tout ce que comptait la planète bio se retrouvait à Montpellier, véritable enclave à la gloire de la quille verte pour quelques jours.

Merci de bien vouloir empocher vos tire-bouchons, embarquement immédiat pour le bonheur :

 vincent caillé gros plant

Une très jolie surprise avec ce Muscadet et ce Gros-Plant.
De beaux agrumes, de la rondeur et une jolie salinité en fin de bouche.
Un prix à la limite du ridicule.
THE vin à mettre dare-dare dans sa cave en prévision des soirées de copains… Continuer la lecture de « Tout le monde il est bio »

Vivre, boire et jouir à Sancerre.

Je me fous des quenelles, des amours élyséennes, des querelles d’ego qui s’étalent sur les réseaux et les papiers au cri de « moi je, moi je ». Je veux vivre, boire et jouir comme ce matin là, à Sancerre.
Il y a des lieux précieux, des sanctuaires, récipiendaires des bons souvenirs où courir quand le monde devient trop lourd. C’est à Sancerre que mes pas me portent de temps à autre, Sancerre qui porte le rire de mon père et le sourire de ma mère au creux de ses ruelles.alphonse mellot

Continuer la lecture de « Vivre, boire et jouir à Sancerre. »

De quilles en quilles: l’hebdo des bouteilles de la semaine #2

En image et en verre, au top de la semaine.
J’ai le tire-bouchon toqué sur le Languedoc et le Roussillon ces derniers jours.

felines jourdanUne très belle surprise. Une appellation souvent trop méconnue pour un très joli blanc sur la fraîcheur. Des notes de fruits jaunes croquants et juteux qui éclate sur une trame acide qui vient titiller les papilles. Un instant de silence à la mémoire des huîtres à l’arrière de la photo qui l’ont merveilleusement accompagnée. Pour moins de 8€, on se rue sur le tire-bouchon.mas crematUn blanc encore des Côtes Catalanes, Grenache blanc et Macabeu, ce cépage caractéristique du coin pour un blanc d’apéro qui sent le rire, le jambon cru et les amis autour. Ça se bouscule en bouche entre les agrumes et la pêche jaune bien mure et ça ouvre l’appétit à moins de 7 € chez le caviste.
mas champartC’est toujours aussi bon. Une appellation avec des sols de schistes qui donne des blancs précis, sur la minéralité. Des touches de verveine, de citron et de petites mirabelles juteuses, en finale une légère amertume qui réveille les papilles avec un petit gout de reviens-y… Aux alentours de 12€ à la propriété.
Archimbaud l'enfant terribleAttention, bombe en approche! Une merveille de fruits noirs, de cacao et de réglisse.
Ça se fait velours sur la bouche, glisse sur la langue et prend tout l’espace…
Cette quille là, elle est terrible.  (13 € chez mon caviste)
la coule douce perdrixEncore un vin des Côtes de Catalanes, un vin sur la simplicité, avec du fruit, les tanins sont un peu accrocheurs mais la matière est belle. La cerise noire domine, avec de jolies notes de poivre. Ça croque en bouche avec une jolie longueur, et franchement c’en est esbrouffiant à moins de 6€.

De quilles en quilles: l’hebdo des bouteilles de la semaine

Une nouvelle revue lancée dès cette semaine sur le blog, la revue des quilles notables dégustées, découvertes et/ou sifflées dans la semaine…
En image et en verre…

Domaine Giachino Monfarina
Domaine Giachino Monfarina

Une jolie incursion dans les alpages avec ce vin bio issu d’un cépage méconnu, le Jacquère.
Beaucoup de fruit sur cette cuvée, de l’exotique, des fruits blancs. Une bouche gourmande, festive. Un vin d’apéro et de bonheur à moins de 10 € chez caviste.

Saint Nicolas, cuvée Les Clous
Saint Nicolas, cuvée Les Clous

Un blanc de vendée issu de Chenin, le cépage emblématique de la Loire, de Chardonnay et d’un point de Groslot gris, vieux cépage traditionnel de la région pour un vin à l’acidité pointue qui réveille les papilles, précis. Des notes d’agrumes mais également un peu saline, iodé. Un vin qui accompagne à merveille les fruits de mer avec beau-papa, mais surtout les fruits de mer (12€ chez caviste).

Hautes Terres de Camberousse, cuvée Sauvagine
Hautes Terres de Camberousse, cuvée Sauvagine

THE révélation de la semaine. Un vin magique à moins de 8€.
Assemblage de grenache blanc et de rolle (ou vermentino suivant les régions. Le vigneron aime à être joueur)
Des notes de fenouil sauvage, de fruits blancs, d’agrumes et une finale légèrement fumée. C’est délicieusement et affreusement bon.
Un seul bémol:le verre se vide tout seul…

Mas de la Barben - L'Improviste
Mas de la Barben – L’Improviste

Un très joli domaine pour finir avec des rapports plaisir:prix hors compétition. Près de Nîme, le domaine de la Barben propose ce chouette rouge à ouvrir entre amis pour moins de 5 €. Du fruit, un vin consistant sans être lourd, gouleyant qui fleure bon les rires et les verres qui tintent. Grenache en majorité, Syrah et Cinsault. C’est bon.

Vendanges de jolies quilles chez Monoprix

Je refuse d’entrer dans le débat caviste vs grande distribution.
J’ai choisi mon camp.
Celui du vin.
Indéfectiblement, indéfiniment.
Celui de la jolie quille qu’on déniche ou qu’on vous fait découvrir.
S’il reste évident qu’un caviste sera toujours à priori de meilleur conseil, et je leur dois une partie de mes premiers émois bachiques, il existe des salariés de grande distribution passionnés par le vin et qui aiment découvrir des jolies bouteilles pour leurs magasins.
Encore une fois, rien de blanc, ni de noir, on navigue dans le gris.
Cependant, rien ne remplacera jamais la divine parole du vigneron. Des gens au cœur tendre qui n’aiment rien de moins qu’un petit mot de votre part pour vous ouvrir les portes de leur domaine. Embarquez l’Homme, les nains et partez au milieu des vignes, boire les paroles du faiseur de bonheur.

En attendant, chez Monop’, la foire aux vins est placée cette année sous le signe des cépages insolites.
Alors Perrette, sans vouloir te commander, mais tu ferais bien de lâcher ton pot au lait fissa et de courir à ta supérette pour une provision de jolies quilles du 11 au 24 septembre.

On y trouve un sublime Auxerrois 2008 (10,50€) de chez le bien connu Pierre Frick, très beau domaine alsacien en biodynamie. Un blanc à la robe paille avec en bouche une merveille de fraises très mures, de rhubarbe pour une très longue finale de miel. Un très beau moment de gourmandise.pierre frick alsace vin Continuer la lecture de « Vendanges de jolies quilles chez Monoprix »

Va chercher bonheur à Gaillac

Alors que vous remisez enfin les tongs jusqu’aux prochains congés payés la larme à l’oeil (les tongs étant à l’esthétique ce que BHL est à la culture), il était de mon devoir de vous fournir quelques éléments propres à illuminer votre rentrée.

Tout d’abord, exploitez les grands-parents pour les courses scolaires de votre descendance, et préoccupez vous de l’essentiel: vous-même.
Ceci étant fait, attaquez vous à ce chapitre prioritaire: le vin.
Le vin étant à votre épanouissement ce qu’une gogo danseuse est à un VRP de province, sortez vos verres et prévoyez une descente chez le caviste.
Sachez qu’il existe des bouteilles qui peuvent tout à la fois nourrir votre gloritude auprès de vos amis, vos beaux-parents ou même votre concierge et éclater votre tire-bouchon.
Parmi ces dernières, en bonne place, les vins de Gaillac. gaillac ville

Continuer la lecture de « Va chercher bonheur à Gaillac »

Aegerter: audace, gloire et passion au cœur de la Bourgogne

La première rencontre avec Paul, la dernière génération de la Maison est déstabilisante. Vigneron, négociant, l’homme est charmeur, volubile, une couv’ de Vogue en terroir Bourguignon. Puis à l’écouter parler de sa vigne, le voir dégainer ses verres et s’emporter en parlant de ses climats, ses engagements, on sait.

On sait qu’au delà des sourires, des voitures, la passion est là.
Paul Aegerter, c’est aussi l’envie de parler autrement du vin.

Paul et ses Jolies Filles: entre femme et quille
Paul et ses Jolies Filles: entre femme et quille

Continuer la lecture de « Aegerter: audace, gloire et passion au cœur de la Bourgogne »